Aquaprima - maison flottante - aquashell

Depuis des siècles, l’Homme vit dans des maisons principalement construites sur la terre ferme. Toutefois, notre environnement évoluant rapidement en raison du réchauffement climatique, la question se pose de plus en plus quant à la nécessité de repenser notre habitat et à l’installer sur l’eau. Un bouleversement en profondeur de notre mode de vie est-il en train de se dessiner ?

Maison sur pilotis, habitat flottant, une adaptation à l’environnement

La surface du globe est recouverte à 70% d’eau. Pourtant, les bouleversements climatiques que les scientifiques constatent actuellement entraînent une irrémédiable montée des eaux, notamment en raison de la fonte des calottes glacières et du phénomène de dilatation de l’eau quand elle se réchauffe.

Bâtir une « nouvelle civilisation » sur l’eau pour s’adapter ?

Ajouté à la surpopulation grandissante et au manque de ressources alimentaires qui se profile si l’on continue de bétonner les terres agricoles, l’Homme doit repenser son habitat. Après des générations à vivre sur la terre ferme dans des maisons faites de différents matériaux, l’idée de l’habitation flottante gagne du terrain.

Simulation de la montée des eaux à New York

Simulation de la montée des eaux à New York – source : http://aqwarchitects.fr

Il faut dire que bien des villes et îles à travers le monde comme New York, Singapour ou encore Tokyo, pourraient être amenées à être englouties par les flots durant le XXIe siècle. L’écrivain français Paul Valéry écrivait déjà au siècle dernier à propos de la Cité des doges : « Venise va donc se noyer. Peut-on imaginer plus belle mort pour cette ville ? »

Waterbuurt, quartier résidentiel de 90 maisons flottantes

Comme toujours, l’Homme s’adapte à son environnement et se tourne à l’échelle mondiale vers des solutions d’habitat flottant, aussi bien dans le secteur touristique que pour le résidentiel.

Ces solutions existent et sont déjà fonctionnelles, notamment à Waterbuurt, quartier résidentiel d’Amsterdam. Ce sont ainsi plus de trois cents personnes qui habitent à l’année dans les 90 maisons flottantes composant ce quartier posé sur une mer intérieure. Chacune d’elles est construite en béton et située 1,50 mètre en dessous de la surface, ce qui assure une parfaite stabilité à la structure.

Habiter sur l’eau, à condition de ne pas polluer

Longtemps étiqueté comme habitat insolite ou réservé au tourisme, l’idée de la maison résidentielle flottante fait de plus en plus son chemin. Ainsi, hormis Amsterdam qui a une forte culture de la vie sur et avec l’eau, de nombreux projets sont à l’étude ou d’ores et déjà programmés à travers le monde. Leurs objectifs communs : faire avancer les villes sur l’océan et anticiper la montée du niveau de la mer.

En France également, on prend très au sérieux l’idée de la maison flottante et de l’habitat sur pilotis. Ainsi, en tout début de l’été 2018, la région Occitanie a lancé un groupe de travail sur l’habitat flottant. Un projet titanesque s’inscrivant dans le cadre du plan Littoral 21 pour :

  • la rénovation des stations balnéaires ;
  • faire face au changement climatique ;
  • faire du littoral de l’Occitanie, un modèle de résilience écologique.

La réunion du 6 juin dernier a donné le coup d’envoi à une expérimentation sur les maisons flottantes et l’habitat capable de faire face aux enjeux de la montée des eaux dans un certain nombre de villes de la côte, au rang desquelles Gruissan ou encore Cap d’Agde.