réduire empreinte carbone

Vous envisagez de partir prochainement en voyage, mais vous n’avez pas encore décidé du mode de transport ? Avion, automobile, co-voiturage, lequel choisir pour réduire son impact environnemental ? Quelles solutions pour compenser ?

Transport et impact environnemental

Train, avion, voiture électrique, aucun mode de transport n’est 100% propre. Mais certains d’entre eux ont un impact négatif sur l’environnement plus fort que d’autres.

Avion : le plus gros pollueur

Selon les sources, entre 2% et 3% des émissions mondiales de dioxyde de carbone dans l’atmosphère sont imputables au secteur de l’aviation. Malgré un chiffre relativement faible en apparence, les voyages en avion jouent un rôle essentiel dans le réchauffement climatique. En effet, alors qu’une voiture émet du CO2 au niveau du sol, un avion rejette directement ce gaz à effet de serre dans les strates les plus hautes de l’atmosphère, là où son « efficacité » est maximale.

La voiture pour partir à plusieurs

Si vous partez en voiture à plusieurs, l’impact environnemental est évidemment moindre que si chaque individu avait pris un billet d’avion. Toutefois, s’il reste de la place dans votre véhicule, il est judicieux d’en faire profiter un auto-stoppeur ou une personne se rendant dans la même direction. Pour cela, il existe de nombreux services en ligne pour trouver des passagers (et réduire un peu sa facture d’essence) tels que blablacar.fr ou covoiturage-libre.fr.

A contrario, vous pouvez également éviter de prendre votre propre véhicule en utilisant ces mêmes services. Outre le fait de réduire considérablement l’impact de votre déplacement sur l’environnement, vous voyagerez de manière agréable et conviviale.

Voiture électrique

Vantée par les constructeurs automobiles et largement subventionnée par les pouvoirs publics, la voiture électrique est loin d’être aussi neutre sur notre écosystème qu’on pourrait le croire. Des études récemment publiées en France ont même démontré que la production d’un véhicule propulsé par l’électricité engendre bien plus de pollution au CO2 que celle d’un véhicule à moteur à explosion. Ainsi, il faut parcourir au moins 100 000 km avec une voiture électrique pour parvenir à un bilan carbone neutre.
Là encore, le co-voiturage reste la manière alternative pour réduire son impact sur la planète.

Voyager en train, sûr et moins polluant

Sans surprise, ce sont les transports en commun, et surtout le train, qui permettent d’émettre le moins de Co2 en partant en voyage. Ainsi, le train est 35 fois moins polluant que l’avion. Par ailleurs, le rail permet de parcourir une bonne partie du monde au départ de la France. Espagne, Grèce, Pologne, des destinations originales que l’on peut atteindre grâce à un moyen de transport convivial et parmi les plus sûrs au monde.

En ce qui concerne la Communauté Européenne, des pass permettent de se déplacer facilement et pour un prix très raisonnable dans l’ensemble des pays membres :

A pied, à vélo ou à voile pour ne pas polluer

Si vous avez du temps devant vous et que vous avez envie de découvrir des coins magnifiques en France, vous pouvez également opter pour des modes de transport totalement neutres en voyageant par exemple à pied, à vélo et même à voile.

Calculer et compenser son impact

Depuis 2013, les sites proposant des billets d’avion ou de train ont obligation de préciser l’empreinte carbone du trajet que vous désirez effectuer. Mais pour aller plus loin dans votre démarche, vous pouvez également utiliser le comparateur éco-déplacements mis en place par l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie). Celui-ci permet de connaître avec précision le bilan CO2 d’un trajet ou d’un voyage et donc, de choisir le plus judicieusement possible.

Exemple pour un trajet Paris-Madrid :

bilan carbone paris-madrid

Bien évidemment, pas question de rester cloîtré chez soi sous prétexte de ne pas polluer. Après avoir choisi votre mode de transport, vous avez également la possibilité de compenser votre impact carbone en finançant des projets environnementaux et sociaux.

Ce financement se fait au pro rata du tonnage de gaz à effet de serre émis à l’occasion de votre déplacement par le biais de plates-formes ouvertes aux particuliers telles que :